Comment devenir un travailleur nomade productif?

En ce moment, il n’y a pas d’école pour les nomades du numérique, il n’y a pas de maîtres, on en devient un sur le terrain, ou plutôt sur la route. Vous vivez tous différemment votre vie numérique nomade et vous interprétez le mot “nomade” à votre manière, mais on a tous une compréhension claire de la signification du numérique. Cela semble facile, romantique et parfait. Mais quand vous êtes dans le monde entier dans des pays qui vous intéressent beaucoup, peut-être à la plage, en contact avec de nouvelles personnes et que vous n’avez pas de patron, de bureau et de réveil, être concentré sur le travail n’est pas facile. Voici trois compétences professionnelles et personnelles que vous allez améliorer en devenant un nomade numérique.

1. Concentration

Au bureau, vous perdez beaucoup de temps. Quand vous êtes un nomade numérique, le premier objectif est que le travail soit terminé, donc vous pouvez consacrer votre temps à faire autre chose. Chaque nomade organise sa journée différemment, mais chacun apprend sûrement à optimiser les temps d’arrêt, de transport, d’attente à l’aéroport et à se concentrer lorsque le travail l’exige. De nombreux nomades travaillent avec des clients basés en Europe, même s’ils se trouvent sur d’autres continents, ce qui signifie que la charge de travail est concentrée à différents moments de la journée. Le fuseau horaire le plus commode est certainement celui de l’Asie, vous avez donc toute la matinée avant que l’Europe se réveille, mais très souvent vous passez les nuits devant l’ordinateur pour terminer des projets. Le plus difficile est de résister à la tentation du voyage et de rester immobile devant l’ordinateur, sachant que vous êtes presque certainement dans une situation inconfortable, bruyante et pleine de distractions. Avec le temps, cela devient absolument naturel, surtout parce que vous savez qu’avec cette nouvelle capacité acquise, vous pouvez voyager et travailler en même temps.

2. Flexibilité

Le voyage lui-même vous rend beaucoup plus flexible. Toute tendance à la sur programmation est presque toujours expliquée par de brusques changements de programme. Peut-être que ceux qui ne voyagent que deux semaines par an voient ces événements dans un sens négatif, ceux qui voyagent continuellement ne les voient que comme un aspect de la vie, c’est un peu comme le trafic sur le périphérique. Cet aspect est également transféré avec le temps à l’approche de votre travail. Vous commencez à organiser votre travail en fonction de la connexion internet que vous trouverez en cours de route, à changer l’organisation de vos journées de travail. Vous pouvez aussi mâcher comme du pain quotidien la résolution de problèmes, comprise comme le processus cognitif mis en place pour analyser le problème et trouver une solution.

3. Programmation

Une bonne programmation est nécessaire pour garantir des normes de travail élevées même en déplacement. Habituellement, le travail est organisé par priorité, quand on est un nomade numérique, on apprend qu’il est aussi organisé par lieu. Par exemple, si dans votre semaine vous savez déjà qu’un ou deux jours vous les occuperez dans les transports, laissez le travail de contenu que vous pouvez faire hors ligne pour ces moments. Si vous êtes dans un endroit avec un bon accès à l’internet, ne reportez pas toutes les activités qui ont besoin d’un réseau puissant. Il est important de ne jamais être à la date limite, car vous n’avez pas la possibilité de contrôler les variables et ne savez pas si vous pourrez travailler au mieux jusqu’à la veille. Si la situation devait s’aggraver et que le lieu est trop hostile pour travailler en ligne, changez de lieu, après tout vous voyagez parce que votre travail vous le permet, donc c’est lui qui vous guide.