Le football en Islande : quelle est la clé de son succès?

L’équipe nationale de football islandaise a marqué l’histoire du football. Entre 2016 et 2018, grâce à de nombreuses victoires, elle a ramené deux grandes distinctions pour une île qui compte plus de moutons que d’habitants, d’abord l’Euro et maintenant la Coupe du monde. Elle a été créée en 1946 et, jusqu’à il y a 6 ans, elle était classée 112ème du classement FIFA, alors qu’elle est maintenant 34ème. Rien n’est acquis en Islande, même pas l’un des sports les plus appréciés au monde.

Le football en Islande : 10 faits particuliers sur l’équipe nationale de football islandais

1. La saison de football la plus courte pour permettre un impact social positif

L’Islande a la saison de football la plus courte parmi les ligues reconnues par l’UEFA, même si officieusement ce serait le Groenland qui aurait ce record (mais il n’est pas reconnu).

Cependant, au cours des dernières décennies, le football en Islande a également joué un rôle clé sur le plan social, un cas que nous raconte Andrea Marraccini (expert islandais passionné et organisateur de voyages de groupe en Islande de Natura Vivere) dans ce qui suit.

[Le boom du football en Islande est principalement le résultat des politiques d’inclusion adoptées par le gouvernement islandais : pour lutter contre l’alcool, la drogue et l’ennui qui s’installaient chez les jeunes, en particulier pendant le long hiver nordique, de nombreuses ressources ont été investies dans la création de terrains de football en salle pouvant être utilisés toute l’année, ce qui a permis d’exercer une forte “pression” sur les jeunes pour qu’ils commencent à faire du sport, tant pour des raisons sociales que de santé.

Le phénomène “Islande” en est né, ce qui a bouleversé et étonné l’ensemble du mouvement footballistique international, surtout si l’on considère le fait que la ligue islandaise n’est pas un véritable championnat professionnel. L’investissement sur les jeunes joueurs et la possibilité d’aller jouer à l’étranger ont contribué à la croissance technique, physique et tactique de nombreux joueurs, comme Sigurdsson (star de l’équipe nationale et actuel joueur d’Everton) qui, lors du marché du football d’été de l’année dernière, a été acheté pour 35 millions d’euros par le club de Liverpool.

“La faim de croître, le désir d’émerger et l’esprit d’équipe sont les fondements sur lesquels cette petite nation a fondé son ascension qui ne doit pas s’arrêter au plus beau.]

2. Italie et Islande : l’étrange affaire de Bjarnason et Pescara

Le 18 août 2004, lors d’un match amical, l’Islande a réussi à battre l’Italie de Marcello Lippi 2 à 0. Ce match a battu un record d’affluence dans le pays grâce à plus de vingt mille spectateurs qui ont rempli le stade de Reykjavik avec seulement deux tribunes, le nombre le plus élevé jamais enregistré jusqu’à présent. Considérez qu’en Italie, il y a environ 1 080 000 joueurs enregistrés, alors qu’en Islande, vous pouvez à peine atteindre 20 000.

Mais ce n’était pas le seul contact footballistique entre les deux pays. En juin 2015, Pescara, où évoluait Birkin Bjarnason, allait jouer le match décisif pour l’accession contre Bologne. Le joueur islandais était communément considéré comme l’as dans sa manche pour assurer la victoire nécessaire à la série A. Mais c’est précisément à cette date qu’il a été convoqué par son équipe nationale en Islande pour le match contre la République tchèque, indispensable pour la qualification au Championnat d’Europe 2016. Bjarnason n’a pas joué le match, qui s’est terminé par un match nul, et pour Pescara le rêve de la série A.

Il s’est évanoui. D’où une véritable révolte des fans de Pescara et des Abruzzes criant “Nous allons transformer tous vos moutons en rôtis”, au point de générer une tempête de propos haineux sans fin sur la page de la fédération islandaise de football KSI avec le hashtag #freebirkir qui a fait le tour du web. Une série interminable de commentaires des Abruzzes à l’Islande, dont certains très sympathiques, ont fait de Pescara l’une des équipes italiennes les plus connues de l’île. Beaucoup de ces interventions, entre autres, étaient rédigées en dialecte et étaient incompréhensibles pour les Islandais qui ont essayé de les traduire avec Google Traduction.

Mais les Italiens aiment beaucoup les Islandais. Lors de la Coupe du monde 2018, en effet, de nombreux fans italiens ont soutenu l’équipe nationale de football islandaise. En outre, la Gazzetta dello Sport a lancé une véritable initiative, appelée #forzaislanda, qui consiste en une série d’aperçus sur l’île publiés dans les médias sociaux et le journal du 28 mai au 16 juin.

3. La qualification européenne

Les équipes de la ligue islandaise se sont rarement affronté en compétition avec les équipes européennes. La première fois, c’était en 1964, à Reykjavik, et cela ne s’est pas du tout bien passé puisqu’une des équipes locales a été battue 5-0 par Liverpool. Malgré cela, l’Islande connaît très bien le football européen, en particulier le football anglais qui rend les Islandais fous.

Le premier résultat notable de l’équipe nationale de football islandaise est le 6 septembre 2015, date de la première qualification européenne. L’Islande a terminé deuxième de sa poule, battant l’Angleterre en huitième de finale, puis étant éliminée par la France en quart de finale. Le capitaine Aron Gunnarsson a commenté l’exploit épique de son équipe : “Ce que nous avons fait est quelque chose que nous dirons à nos petits-enfants,” a-t-il admis, “ce sera une valeur ajoutée pour le reste de notre vie. Vous n’auriez pas pu trouver un meilleur mot. Le football en Islande est désormais une affaire sérieuse.

4. La première mondiale pour une “petite” nationale

9 octobre 2017 est la date que chaque Islandais pourrait se faire tatouer sur la peau. Pour la première fois dans l’histoire du football du pays, l’Islande se qualifie pour la Coupe du monde avec une victoire 2-0 contre le Kosovo avec les buts marqués à la 40′ par Sigurdsson et à la 68′ par Gudmundsson. Le stade Laugardalsvollur de Reykjavík explose de joie et de fierté pour sa “petite” équipe nationale, qui est même la première au classement de son groupe. Cette nuit-là, seul le “Geyser Sound” (son du Geyser) comme bande sonore d’un exploit destiné à rester dans l’histoire.

L’Islande, près des îles Féroé, est le plus petit pays en termes de population à s’être qualifié pour un championnat du monde. En fait, il s’agit de la seule nation de moins d’un million d’habitants qui participe à la Coupe du monde. Pour la toute première fois, l’Islande sera également présente dans le jeu vidéo FIFA 18 (disponible sur PlayStation 3, PlayStation 4, Xbox 360, Xbox One, Windows et Nintendo Switch).

5. Un entraîneur parmi les macareux

L’entraîneur de l’équipe nationale islandaise, Heimir Hallgrimsson, est en fait un dentiste vivant sur une petite île de 13 kilomètres carrés, Heimaey, qui fait face à la côte sud de l’Islande. Sa carrière de footballeur, comme celle de nombreux autres joueurs islandais, commence en tapant dans un ballon sous la neige ou sous la pluie. Il est ensuite devenu joueur professionnel dans l’équipe locale, mais il a continué à étudier la médecine dentaire et a ouvert son propre cabinet. A noter qu’il a entraîné aussi bien des équipes masculines que féminines.

Mais depuis quelques années, les choses ont changé. Aujourd’hui, en effet, le directeur technique de l’équipe nationale, occupé à préparer la Coupe du monde 2018, consacre beaucoup moins de temps à sa profession de dentiste mais en continuant à prendre des rendez-vous dans son cabinet quelques jours par mois.

Dans une récente interview, l’entraîneur a déclaré que le fait d’être dentiste l’avait beaucoup aidé dans sa carrière de footballeur. Un dentiste doit pouvoir interagir avec chaque patient, tout comme chaque entraîneur doit pouvoir interagir avec ses joueurs.

6. Un uniforme “italien” pour l’équipe nationale islandaise

L’uniforme de l’équipe nationale islandaise est confectionné et produit par l’entreprise italienne Erreà. En effet, en 2016, la société émilienne a produit un kit bleu, avec une bande rouge bordée de blanc sur le côté et quelques points proches des armoiries de la fédération qui rappelaient la vapeur des geysers. Les ventes d’uniformes ont connu un tel essor que l’Erreà a été obligée d’augmenter sa production.

Le maillot de football Islande 2018 est également produit par Erreà et représente les éléments caractéristiques de l’Islande à travers des couleurs. Le rouge pour le feu et la lave des nombreux volcans, le blanc du col et des épaulettes rappelant les glaciers et enfin le bleu de l’eau. Dans le cou, on retrouve la devise de l’équipe nationale islandaise “Fyrir Island” (pour l’Islande), et au dos du t-shirt, le drapeau.

7. Les joueurs de l’équipe nationale islandaise

Vous ne pouvez pas parler de l’équipe nationale islandaise sans mentionner ses joueurs. La plupart des joueurs les plus performants jouent à l’étranger. En fait, sur les 23 joueurs convoqués pour le championnat d’Europe, aucun n’a joué dans la ligue islandaise. Il convient également de noter que sur une si petite île, il n’y a pas beaucoup de joueurs professionnels. La fédération islandaise de football en compte une centaine, soit pratiquement une poignée par rapport aux 13 000 de la fédération islandaise.

Mais ces petits nombres n’affectent pas la qualité technique d’une équipe préparée à un grand défi. Le capitaine Gunnarsson a récemment déclaré : “Nous n’avons pas de grandes stars comme les autres. Mais nous avons une équipe que vous connaissez très bien. De nombreux joueurs de l’équipe nationale jouent ensemble depuis longtemps, connaissant bien les mérites et les défauts de chacun. Ils savent que l’équipe est plus importante qu’un seul joueur car c’est notre forteresse”.

8. Un directeur de gardien de but

Savez-vous que le gardien de but de l’équipe nationale islandaise était un directeur établi ? Hannes Thor Halldorsson, un jeune homme de 34 ans, a interrompu sa carrière de footballeur à seulement 15 ans en raison d’une blessure à l’épaule. Il commence alors à se consacrer à une autre de ses passions, le cinéma.

Mais l’appel de la balle se fait sentir et le passage du championnat islandais au championnat néerlandais est rapide. Puis en 2014, avec l’équipe nationale islandaise, il a failli atteindre la Coupe du monde. Heureusement qu’en 2016, il a vu le rêve européen se réaliser. Les footballeurs islandais ont souvent une autre profession que celle de footballeur. Thor Halldorsson est l’exemple.

9. Le bruit de geyser de l’équipe nationale de football islandaise

Ecoutez le célèbre “Geyser Sound” (son du Geyser), le rugissement qui accompagnait les victoires de l’équipe nationale islandaise lors des dernières compétitions européennes. Mais qu’est-ce que c’est ? Simplement en applaudissant, de plus en plus vite et tous les deux battements du tambour, avec un “euh” très intense à chaque battement. La meilleure bande-son de l’exploit épique de la qualification pour les championnats d’Europe de 2016, celle qui a donné la chair de poule aux fans de toute autre équipe.

Le Geyser Sound est devenu si célèbre dans le monde entier qu’il est couvert par les droits d’auteur. En fait, en 2016, le son “Hù” a été enregistré à l’office des brevets (dans les deux variantes “Hù” et “Hùh”) et, à ce jour, il est interdit de le reproduire de quelque manière que ce soit.

Mais d’où vient le son du Geyser ? Les supporters de l’équipe nationale ont déclaré qu’ils avaient été inspirés par l’équipe locale de Stjarnan, qui à son tour s’inspirait du corner Motherwell, une équipe écossaise. Il semble qu’il n’y ait pas de réelle corrélation avec les Vikings, malgré le nom, et que ce sont les Spartiates du film 300 qui ont donné l’exemple (vous vous souvenez de la scène où les Spartiates se battent contre l’armée perse et crient “hoo” en battant les boucliers ?).

10. Les fans islandais

Les fans en Islande ne sont pas aussi évidents que dans d’autres pays du monde où ils grandissent au pain, au football et au Nutella. La “courbe” de l’équipe nationale islandaise s’appelle Tólfan, en anglais “The Twelve” (le douzième homme), et n’a été créée qu’en 2007, mais elle s’est beaucoup développée grâce aux derniers succès de l’équipe. C’est l’un des fans les plus amicaux qui soient, à tel point qu’on les appelle les “bons Vikings” qui préfèrent les câlins aux attitudes de hooligan. Le football en Islande est fait pour tout le monde, même pour les familles et les enfants, et il doit être vécu dans le bon esprit.

Afin d’enseigner à tous les Islandais le fameux son du Geyser, les fondateurs du groupe des supporters ont participé à de nombreux événements de toutes sortes, des mariages aux fêtes d’entreprise et même à Noël.

L’un des fans les plus célèbres de l’Islande est sans doute le commentateur islandais, Gudmundur Benediktsson, qui a perdu sa voix en commentant le but de Traustason 94′ contre l’Autriche, essentiel pour qualifier l’équipe nationale au huitième tour du Championnat d’Europe. Un cri inoubliable qui a fait le tour du web et qui raconte parfaitement l’émotion du rêve islandais.

Quand l’Islande a-t-elle joué la Coupe du monde ?

16 juin 2018 Argentine – Islande

22 juin 2018 Nigeria – Islande

26 juin 2018 Islande – Croatie