Le référendum sur l’avortement en Irlande: un sujet qui fait polémique

Le Parlement irlandais a adopté un 13 décembre le projet de loi légalisant l’interruption volontaire de grossesse, que les Irlandais ont voté par référendum à 66%. Cette nouvelle législation s’inscrit dans un rapport libéralisé à la religion malgré la forte tradition catholique du pays. Le référendum sur l’avortement devrait enfin améliorer la situation des femmes après une vote.  De nombreuses femmes irlandaises font avorter leurs bébés à l’étranger. Parce que dans leur pays catholique, c’est à peine possible. Un référendum pourrait maintenant changer la donne, trois mois seulement avant la visite du pape. Le “tourisme de l’avortement” des femmes irlandaises ne devrait plus être nécessaire. Dans cet article, découvrez ce que contient cette loi. Qu’entend-on par “tourisme avortement” ? Et l’adoption du plannig familial en Irlande.

Quel est le contenu de cette loi ?

La loi formalise le résultat du référendum du 25 mai 2018 par lequel 66,4 % des Irlandais ont voté pour l’abrogation du 8e amendement de la constitution, qui jusque-là gravait dans le marbre le droit à la vie d’une irlandaise et de son enfant à naître et obligeait nombre de femmes, à se rendre à l’étranger, principalement au Royaume-Uni pour interrompre leur grossesse. Après le référendum, les députés ont rédigé un nouveau texte de loi ratifié par le parlement. La loi autorise désormais l’avortement sans conditions jusqu’à douze semaines ou, jusqu’à 24 semaines dans le cas où la santé de la mère ou du fœtus est en danger. Cependant, un délai obligatoire de réflexion de trois jours est imposé entre le moment où la femme enceinte déclare souhaiter avorter et l’acte médical. Les médecins opposés à l’avortement pourront toujours refuser de le pratiquer. Ils auront cependant l’obligation de référer la patiente à l’un de leurs collègues. La criminalisation des professionnels de santé, qui existait auparavant, n’a pas été totalement levée. Si un médecin procède à un avortement en dehors du cadre légal, il encourt jusqu’à quatorze ans de prison.

Qu’entend-on par “tourisme avortement” ?

La mère de famille née en Afrique qui vit avec sa fille et son mari en Irlande, est enceinte. Mais comme elle souffre d’une maladie et a déjà donné naissance à des jumeaux morts, elle décide de se faire avorter. Mais cela est interdit en Irlande. Comme beaucoup d’autres femmes en Irlande, elle veut donc se faire opérer en Angleterre. Elle attend un mois pour obtenir le visa et se rend à Londres à la 22e semaine de grossesse. Elle ne revient jamais, la mère s’effondre dans un taxi peu après l’opération et meurt. L’Irlande catholique a l’une des interdictions de l’IVG les plus strictes d’Europe. Selon les critiques, cette interdiction oblige de nombreuses victimes à avoir des grossesses plus longues et à subir des opérations à l’extérieur. Plus de trois millions de citoyens irlandais seront autorisés à voter sur la légalisation de l’avortement. Sur leur île, l’avortement est interdit sauf en cas de danger pour la santé d’une irlandaise. Pour avorter, les femmes doivent se rendre au Royaume-Uni en avion ou en bateau. Les Irlandaises viennent souvent seules au Royaume-Uni même si certaines sont parfois accompagnées de leurs compagnons ou de leurs copains. Pour faciliter leur démarche, des associations se sont créées pour les accueillir dans un environnement serein. Des milliers de femmes de tous les comtés du pays  se rendent dans d’autres pays pour pratique l’IVG. Et d’autres reçoivent des pilules d’avortement par la poste pour mettre fin à leur grossesse. De nombreuses femmes ont cherché de l’aide à l’extérieur dans leur détresse : plus de 168 700 de mères enceintes ont été opérées en Grande-Bretagne  C’est ce qui ressort des statistiques britanniques, pour lesquelles les adresses des femmes traitées ont été évaluées. 

Les cas particuliers en Irlande et autres pays

En Irlande, l’IVG n’est autorisé que si la vie de la femme enceinte est menacée ou si elle est suicidaire. Des interventions ont été réalisées dans des hôpitaux quelques années passées, pour cette raison. Même après un viol, un inceste et dans le cas d’un fœtus malade, l’avortement est interdit. Toute personne qui enfreint cette règle peut être punie de 14 ans de prison au maximum, mais pas si l’irlandaise se fait avorter à l’étranger. En Europe, seuls quelques pays comme Malte, Andorre et Saint-Marin ont des lois plus strictes sur l’avortement. L’avortement y est même interdit si la vie de la femme enceinte est en danger. Le problème en Irlande, en vertu de la Constitution irlandaise, les enfants à naître sont protégés dans leur droit à la vie tout comme leur mère. Les critiques disent que cela rend l’IVG pratiquement impossible dans le pays. Un rapport de l’organisation des droits de l’homme Amnesty International a accusé que les femmes en Irlande sont traitées comme des machines à accoucher. Par rapport à l’Irlande, la législation allemande est presque laxiste. Dans ce cas, un IVG peut être pratiqué en toute impunité jusqu’à la douzième semaine, si la femme a été certifiée comme ayant des raisons suffisantes. 

Avis du Comité des droits de l’homme

Le Comité des droits de l’homme critique l’interdiction de l’avortement. Il a qualifié l’interdiction de l’avortement de cruelle, inhumaine et dégradante. Il a demandé au gouvernement irlandais de le réviser. Les opposants et les partisans de l’interdiction de l’avortement organisent des marches de protestation. Le référendum supprime l’amendement constitutionnel. Le Parlement aurait alors la possibilité de légaliser les avortements jusqu’à la douzième semaine de grossesse. Dans des cas exceptionnels, l’avortement serait même autorisé jusqu’à la 22e semaine de grossesse. Selon les sondages d’opinion, la plupart des Irlandais sont favorables à la suppression de l’amendement constitutionnel. 

Le planning familial en Irlande

La Société irlandaise pour le planning familial en est convaincue. Une femme pourrait être encore en vie si l’intervention avait été autorisée en Irlande. Il est inacceptable qu’une mère enceinte ayant de tels antécédents médicaux doive organiser elle-même un avortement dans un autre pays. Pour les militants pro-avortement comme la Société britannique pour la protection des enfants à naître ou SPUC, en revanche, ce décès est la preuve du faible niveau éthique de l’industrie de l’avortement, qui ne respecte pas suffisamment la vie humaine. 

La femme morte d’une hémorragie interne à Londres, met en cause les employés des hôpitaux. Un expert indépendant a récemment témoigné que les complications avaient été mal jugées ; les médecins avaient fait des erreurs. Le procès ne ramènera pas la femme à la vie. Mais ce décès et d’autres cas similaires pourraient fortement influencer l’issue du référendum, espèrent les opposants à l’interdiction de l’avortement en Irlande.