Valgus du gros orteil ou “oignon” : de quoi s’agit-il et comment le traiter post-opération ?

La chirurgie est la thérapie la plus efficace et la plus durable pour le traitement du valgus du gros orteil, appelé “oignon” dans le langage courant, mais si, lors de la récupération post-opératoire et de la rééducation du pied, vous ne prenez pas les précautions appropriées, vous risquez d’en perdre tout bénéfice.

Qu’est-ce que le valgus du gros orteil ou “oignon” ?

Tout d’abord, comprenons en quoi consiste le valgus du gros orteil : il s’agit d’un état pathologique qui affecte le pied en déformant les relations entre la première phalange du gros orteil et le premier métatarse. Les deux os créent un angle obtus au niveau de l’articulation qui les relie, sur la face interne du pied. Cela entraîne une inflammation de la bourse articulaire et un gonflement, qui à leur tour provoquent des complications.

Si le patient ne consulte pas un professionnel pour un traitement médical spécifique, la pathologie pourrait s’aggraver et s’étendre : l’accentuation de la déformation peut entraîner des blessures osseuses, des ulcères cutanés et des répercussions posturales, notamment des lombalgies, une raideur de la hanche et des genoux valgiques.

Une complication supplémentaire pourrait être le second doigt de l’orteil en marteau, une pathologie très épaisse que l’on retrouve avec l’hallux valgus : la déviation de l’hallux bloque l’extension du second doigt et l’immobilisation prolongée provoque l’ossification des cartilages articulaires et la fusion des phalanges du second doigt. Tout cela provoque des douleurs et des problèmes ostéo-cutanés qui rendent nécessaire une chirurgie reconstructive, souvent planifiée et réalisée en même temps qu’une chirurgie de correction du valgisme.

Chirurgie des orteils en valgus

Dans ce cas, on s’attaque à la racine du problème en repositionnant et en remodelant les os, les tendons et les ligaments dans leurs formes physiologiques. L’opération est de courte durée, généralement pratiquée en hôpital de jour (sans hospitalisation) et l’anesthésie est limitée à la jambe concernée.

La phase post-opératoire, en revanche, a une durée beaucoup plus longue : pendant quelques semaines, le pied doit rester bandé et entièrement reposé. Une fois les médicaments retirés, le pied doit également être renforcé pour retrouver sa fonction par des plâtres de soutien ou, mieux encore, par des orthèses et des chaussures orthopédiques (comme les chaussures Talus), qui ne contraignent pas la partie avant du pied et permettent une redistribution du poids du corps sur le dos.

Post-opératoire

La phase post-opératoire est très délicate car c’est pendant cette phase que les os et les ligaments se consolident : cela doit se faire dans les conditions dans lesquelles ils ont été laissés par le médecin en salle d’opération. La période de réhabilitation peut durer plusieurs mois, mais les bénéfices sont durables et améliorent grandement la qualité de vie du patient.

.