Accident vasculaire cérébral : une reperfusion rapide est vitale pour la survie ?

Publié le : 02 octobre 20205 mins de lecture

Si le rétablissement de la circulation sanguine après un accident vasculaire cérébral est retardé, des dommages à long terme peuvent survenir. En outre, la probabilité de succès d’un bon traitement est réduite de 6 %. Les retards dans la restauration du flux sanguin après un accident vasculaire cérébral sont apparemment associés à des chances nettement réduites de bons résultats à long terme. En outre, un intervalle de temps plus long réduit les chances de succès d’une thérapie de lyse intrartérielle par cathéter.

L’importance du temps dans l’étude clinique. 

Le temps est un indicateur important du résultat clinique qui peut être obtenu et des chances de succès du traitement chez les patients qui ont subi un accident vasculaire cérébral. Dans une étude, ils ont examiné l’influence du temps écoulé entre le début de l’attaque et le début du traitement et la réussite de la reperfusion (rétablissement du flux sanguin vers le cerveau) sur les effets cliniques du traitement intra-artériel (TIA). Le SIA consiste à insérer un cathéter dans une artère et à l’amener jusqu’au point de blocage. Une fois sur place, des médicaments thrombolytiques sont administrés et/ou une réouverture mécanique de l’artère est effectuée. Dans les deux cas, le caillot est idéalement retiré, le flux sanguin vers le tissu cérébral est rétabli et sa destruction est empêchée. L’essai clinique randomisé a comparé le résultat d’un IAT (généralement réalisé par un stent retriever) avec le résultat des patients qui n’ont pas reçu d’IAT. Au total, 500 patients ont été impliqués dans l’étude, dont 233 ont finalement subi une intervention. Le délai de début du traitement a été défini comme le temps écoulé entre l’apparition des symptômes de l’attaque et la ponction inguinale (TOG) pour la mise en place du cathéter dans l’aine. Le délai entre le début du traitement et la reperfusion a été défini comme le temps (TOR) nécessaire pour rouvrir le blocage ou mettre fin à la procédure dans les cas où la reperfusion ne peut être réalisée. Tous les patients ont également reçu le traitement d’une insulte ischémique basé sur les directives. Cela inclut l’administration intraveineuse d’agents fibrolytiques si cela est indiqué.

À découvrir également : Asthme : la prévalence du diagnostic augmente en Allemagne

Un délai d’une heure avant la reperfusion réduit la probabilité de succès de 6 %.

Parmi les 500 patients, la durée médiane de la TOG était de 260 minutes (4 heures, 20 minutes) tandis que la durée médiane de la TOR était de 340 minutes (5 heures, 40 minutes). Sur les 233 patients ayant subi une intervention, 17 (7,3 %) n’ont pas atteint la salle de traitement. Chez 25 patients (10,7 %), le traitement a commencé dans les trois heures suivant l’apparition de l’attaque, chez 96 patients (41,2 %), le traitement a été initié entre 3 et 4,5 heures après l’apparition de l’attaque, tandis que chez 95 patients (40,8 %), le traitement a pu être initié plus de 4,5 heures après l’apparition des symptômes. 19 patients (8,2 %) ont eu besoin de plus de six heures avant le traitement. En analysant leurs données, les auteurs ont trouvé une corrélation claire entre les termes de référence et l’effet du traitement. Cependant, aucune relation statistiquement significative n’a été trouvée entre le TOG et l’effet de l’intervention. Les auteurs concluent que chaque heure de retard jusqu’à la réussite de la reperfusion réduit de 6 % les chances d’obtenir un bon résultat clinique. L’étude souligne l’importance cruciale d’un TAI le plus tôt possible chez les patients victimes d’un accident ischémique cérébral aigu. L’effet de traitement absolu d’un TAI et sa diminution au fil du temps est beaucoup plus important que celui d’un traitement intraveineux. Cependant, la découverte la plus importante pour les scientifiques est que les patients victimes d’un accident ischémique cérébral aigu ont besoin d’un diagnostic immédiat pour pouvoir entamer un traitement approprié. En cas d’occlusion artérielle, un traitement intra-artériel doit alors être effectué le plus rapidement possible.

Plan du site