Arrêt du tabac : comment une bonne mutuelle santé peut vous aider ?

Arrêt du tabac

Publié le : 28 mars 20247 mins de lecture

Lorsqu’il s’agit de lutter contre la dépendance à la nicotine et d’arrêter de fumer, la Sécurité sociale ne peut pas prendre en charge la totalité des coûts. L’assurance santé peut donc être une bonne solution pour combler cette lacune. D’ailleurs, pendant que ce lien vous informe sur le rôle d’une complémentaire santé, votre question mérite vraiment d’être posée : « Comment une bonne mutuelle santé peut-elle m’aider à réussir mon projet d’arrêt du tabac ? » En d’autres termes, qu’est-ce qui est réellement pris en charge par votre mutuelle lorsque vous décidez de ne plus fumer ? Voici la réponse…

Remboursement des substituts nicotiniques par l’assurance santé

En tant qu’aide au sevrage tabagique, les traitements de substituts nicotiniques (pastilles, patchs, comprimés à sucer…) ne sont remboursés par l’assurance maladie qu’à hauteur de 65 %. Que deviennent alors les 35 % des coûts non pris en charge par la Sécurité sociale ? La réponse est simple : grâce au remboursement complémentaire, par exemple, ils peuvent être couverts en partie ou en totalité par une mutuelle.

Une bonne mutuelle peut vous y aider, grâce à un contrat d’assurance avec une prise en charge (souvent forfaitaire et annuelle) du sevrage tabagique. D’ailleurs, des remboursements de substituts nicotiniques peuvent être obtenus dans le cadre des formules de prévention et de bien-être proposés par certaines mutuelles à leurs clients.

Attention : pour bénéficier du remboursement à 65 % des substituts nicotiniques accordé par l’assurance santé (et non des 150 € remboursés avant le 1er janvier 2019), vous devez être titulaire d’une prescription médicale spécifique.

Cette prescription peut être délivrée par un médecin généraliste, un infirmier, un médecin du travail, un chirurgien-dentiste, etc. Pour le cas particulier d’une jeune maman, par exemple, une sage-femme est également habilitée à délivrer l’ordonnance.

Prise en charge des médecines alternatives par les mutuelles

Il n’y a pas d’âge idéal pour arrêter de fumer. Que vous soyez jeune, adulte ou senior, jusqu’à preuve du contraire, la Sécurité sociale soutiendra votre projet. Cependant, lorsque vous optez pour les médecines douces comme solution à l’arrêt du tabac, ne comptez pas sur elle pour vous aider. En d’autres termes, les traitements anti-tabac alternatifs ne sont pas pris en charge par cette institution.

En revanche, la prise en charge de ces types de traitements est l’un des principaux atouts d’une bonne assurance santé. Qu’il s’agisse de phytothérapie, d’hypnothérapie, d’acupuncture, de sophrologie ou d’homéopathie, les médecines douces sont pratiquées par un médecin conventionné et remboursées par votre mutuelle, selon les clauses de votre contrat de complémentaire santé.

Toutes les disciplines de médecine douce ne sont pas couvertes par toutes les mutuelles lors de la souscription de forfaits annuels. Une fois que vous avez choisi la discipline qui correspond le mieux à votre projet d’arrêt du tabac, vous devez consulter les mutuelles de votre région pour savoir lesquelles remboursent la discipline choisie. La bonne nouvelle est que certaines de ces mutuelles peuvent prendre en charge même vos consultations de médecine douce.

Arrêt de la cigarette : remboursement du ticket modérateur (TM) pour les consultations tabacologies

Fidèle à sa tradition, la Sécurité sociale ne prend généralement en charge qu’une partie du coût de la consultation d’un tabacologue. Comme toutes les autres consultations médicales (à l’exception de certains cas où elles sont prises en charge à 100 %), les consultations de tabacologie sont remboursées à 70 %.

Le remboursement du ticket modérateur (la part restant à votre charge), est donc un autre moyen pour une mutuelle de vous aider dans votre lutte contre le tabagisme. En effet, selon la formule et la couverture de votre contrat, votre assurance santé peut vous rembourser tout ou partie de votre ticket modérateur de 30 % pour les consultations chez votre médecin tabacologue.

Une chose est sûre : si vous souscrivez un contrat de complémentaire santé solidaire, vous serez remboursé intégralement. Par contre, dans certains cas, votre ticket modérateur vous être défavorable : le montant remboursé pour vos consultations chez votre tabacologue peut être réduit, et votre TM majoré jusqu’à 70 %.

C’est le cas lorsque vous omettez de déclarer votre médecin traitant ou que vous le contournez au profit d’un autre médecin.

Sevrage tabagique : aide financière pour les traitements médicamenteux

Le sevrage tabagique est un exercice plus ou moins compliqué selon le degré de dépendance du fumeur à la cigarette. Lorsque cela est nécessaire, des médicaments peuvent être recommandés et suivis par un professionnel de santé, qui apporte un soutien psychologique au patient.

Ces médicaments, dits de seconde intention, sont prescrits par un tabacologue ou un addictologue. Dans tous les cas, ils sont déconseillés aux femmes allaitantes et contre-indiqués aux femmes enceintes.

Ces traitements sont destinés aux fumeurs très dépendants qui n’ont pas été « guéris » par les substituts nicotiniques. Cette approche s’inscrit dans le cadre des programmes de prévention et d’aide au sevrage tabagique de l’assurance maladie (qui prend en charge 65 % de l’aide financière).

Et c’est là que l’aide à l’arrêt du tabac de votre mutuelle – si elle est incluse dans ce type de couverture – prend tout son sens. Cela signifie que votre assurance santé peut supporter tout ou partie du remboursement non pris en charge par la Sécurité sociale…

En définitive, fumer ne nuit pas uniquement à votre santé et à celle de votre entourage. Il ruine aussi votre budget et freine tous vos efforts d’économie. Une bonne mutuelle, comme april.fr, vous aidera à réussir votre projet d’arrêt du tabac en vous proposant une variété de formules de garanties et de prestations abordables et de qualité, et une facilité de remboursement de vos tickets modérateurs.

Plan du site