Assurance habitation : à quelles conditions suis-je indemnisée en cas de vol ?

Assurance habitation

Le vol et le cambriolage font partie des problèmes majeurs du quotidien. Face à cette situation, il est important de souscrire une assurance habitation comportant une garantie vol. Même si cette dernière n’est pas obligatoire, elle vous permet d’obtenir une indemnité en cas de sinistre.

Que couvre un contrat multirisque habitation ?

Une assurance habitation couvre non seulement le logement, mais également vos biens. La garantie vol est souvent présente dans les contrats multirisques. Non obligatoire, elle couvre les vols commis par effraction et introduction clandestine ainsi que les cambriolages accompagnés de violence et de menace. Ce type de contrat peut assurer la couverture des biens volés et détériorés comme :

  • le mobilier courant : meubles, appareils électroménagers, etc. ;
  • les objets de valeur : tableaux, bijoux… ;
  • les objets sensibles : télévision, ordinateur…

En principe, l’assurance cambriolage ne couvre pas le vol des biens déposés dans une partie commune, comme le jardin ou la cour de l’immeuble. Il en est de même si le vol est commis par un membre de la famille. Les compagnies d’assurances exigent souvent d’indiquer les objets qui ont une grande valeur au moment de la souscription. Il se peut aussi que le contrat suspende la garantie vol si le sinistre a eu lieu dans une résidence secondaire. Pour bénéficier d’un remboursement, le propriétaire doit installer un système de protection au sein de cette dernière.

Assurance contre le vol, l’effraction est importante pour une indemnisation

En général, les vols sont précédés par l’effraction. Celui-ci correspond au forçage du système de fermeture. Afin d’obtenir une indemnisation, vous devez démonter les circonstances du vol. Les assureurs prennent en compte les traces laissées lors de l’ouverture forcée. L’utilisation de fausses clés est considérée comme une effraction. Cependant, il est difficile de prouver l’incident si aucune trace de forçage n’est présente.

La clause de garantie qui couvre le vol est souvent associée à l’obligation de pose un type de fermeture particulier. Certaines compagnies se montrent plus exigeantes que d’autres. Lorsque vous choisissez votre contrat d’assurance sur lolivier.fr, assurez-vous de lire les conditions de garanties.

Quel est le montant des indemnisations ?

En fonction des contrats, l’indemnisation s’effectue en valeur d’usage. Cela signifie que la vétusté de l’objet est prise en compte. Il existe des assurances qui indemnisent les biens volés en valeur à neuf. Celui-ci correspond au prix d’achat. Afin de quantifier le montant de votre remboursement, vous pouvez vous référer aux règles stipulées dans le contrat d’assurance.

La valeur d’un objet diminue avec le temps. En revanche, tant qu’il n’est pas encore utilisé, il peut garder sa valeur initiale. Concernant les biens précieux, ceux-ci prennent de la valeur avec les années. Le calcul du remboursement nécessite donc une expertise. Pour obtenir une indemnisation juste, il est recommandé de présenter à l’assureur les pièces justificatives comme les souches de chèque, les factures, etc. il peut recevoir les actes notariés s’il s’agit d’un objet reçu en héritage.

Si les biens volés sont retrouvés, vous devez les reprendre avant remboursement. Si vous les reprenez après avoir été indemnisé, vous êtes dans l’obligation de rembourser la compagnie d’assurance.

Indemnisation du vol, sous quelles formes ?

L’indemnisation d’un cambriolage prend plusieurs formes. La plus commune est le remboursement pécuniaire par virement et par chèque. Vient ensuite l’indemnisation de gré à gré. Prenant la forme d’un montant versé, il s’applique sur un petit sinistre. Sa valeur n’est pas fixée par l’assureur. L’assuré peut donc négocier avec ce dernier. Il se charge ensuite de remplacer ou de réparer ses biens volés ou endommagés. Enfin, l’indemnisation en nature. Il correspond à la réparation d’un objet détérioré par un professionnel mandaté par la compagnie.

Est-il possible de bénéficier d’un remboursement en cas de vol sans effraction ?

Il s’avère plus difficile de faire valoir vos droits lorsque le vol a été commis sans effraction. En cas de négligence, par exemple, porte laissée ouverte, ce sera plus compliqué de demander une indemnisation. Néanmoins, si vous pouvez prouver l’intrusion, des possibilités de remboursement sont envisageables. Dans ce cas, il convient de montrer à l’assureur les photos enregistrées dans la caméra de surveillance, les empreintes ou encore les traces de pas. Même s’il s’agit d’un cambriolage sans effraction, le dépôt de plainte reste indispensable. Il importe de bien penser portes et fenêtres dans le but de minimiser les risques de vol.

Pour éviter les mauvaises surprises, prenez soin de lire les conditions de couverture de votre contrat d’assurance. Elles peuvent différer d’une compagnie à l’autre. Afin de trouver une bonne assurance habitation, il est conseillé de comparer les différentes offres disponibles.

Quand faire la déclaration de vol à l’assureur ?

Vous devez effectuer une déclaration dans les deux jours ouvrés suivant l’effraction. Cette opération peut se réaliser par téléphone ou en ligne. Vous pouvez également vous rendre dans l’agence de l’assureur. Il est de votre devoir d’indiquer dans votre déclaration certains éléments tels que :

  • vos coordonnées ( nom et prénoms, adresse, contact) ;
  • le numéro de votre contrat d’assurance habitation ;
  • description du vol ( date, lieu, heure) ;
  • copie de récépissé de votre dépôt de plainte ;
  • description des dommages corporels ou matériels ;
  • état estimatif des biens détruits ou volés ;
  • dégâts causés à des tiers.

Vous n’avez pas besoin d’établir un inventaire des objets dérobés lors du sinistre. Pourtant, il importe de joindre une preuve des dommages que vous avez subis. Vous devez donc rassembler les éléments qui pourront justifier l’existence des biens volés. Il faut ensuite faire constater les dommages commis, par exemple, photos des fenêtres fracturées et de mise à sac de votre logement. Il est conseillé de demander à un professionnel d’établir des devis de remise en état afin d’avoir une estimation du coût. Vous devez attendre l’autorisation de l’assureur pour pouvoir procéder aux réparations.