Création d’îlots de fraîcheur pour les mairies et espaces publics : quelles solutions envisager ?

brumisateur

Publié le : 26 avril 20238 mins de lecture

Les étés sont rudes dans les espaces urbains. Lorsque les températures grimpent, il est parfois très complexe de rester en ville avec des environnements assez étouffants. Ces îlots de chaleur doivent être contrebalancés avec des îlots de fraîcheur en tant que zones dans les espaces urbains où la température est plus respirable. Ces îlots de fraîcheur peuvent être élaborés de différentes manières en envisageant diverses solutions comme la végétalisation ou l’apport d’eau par la brumisation.

Les îlots de fraîcheur, une réponse au réchauffement climatique et aux îlots de chaleur

Avec les effets du réchauffement climatique et les conceptions des systèmes urbains, les populations en ville sont impactées par des phénomènes d’îlots de chaleur urbain, en particulier pendant les périodes de canicule. Pour y répondre, de nombreuses solutions existent comme la valorisation de lieux propices à la fraîcheur, la végétalisation ou encore l’utilisation de brumisateurs. Toutes ces solutions réunies au sein d’un espace permettent de créer des environnements dits d’îlots de fraîcheur en opposition aux îlots de chaleur. Ils permettent aux personnes plus vulnérables à la chaleur et qui subissent les canicules de pouvoir se ressourcer au sein des zones urbaines.

En période de canicule, les villes doivent répondre à des enjeux sanitaires et sociaux afin d’offrir des espaces pour se rafraîchir plusieurs heures par jour et ne pas subir les conséquences possibles d’une surexposition à la chaleur. Les villes cherchent alors des solutions pour offrir des lieux frais à leurs habitants pour se ressourcer lorsque les degrés grimpent un peu trop, et ainsi contrer le phénomène d’îlot de chaleur. Ces îlots se créent dans les villes pour des températures plus élevées que dans d’autres zones malgré les mêmes conditions climatiques. Il se crée une forme de surchauffe en raison de la densité de population ou de l’organisation des villes.

Bien répartir les îlots de fraîcheur

Face à la hausse des températures inquiétantes dans certaines zones urbaines, les îlots de fraîcheur visent à créer des environnements respirables. Ces îlots de fraîcheur dans les villes se constituent en lieux d’accueil accessible à tous pour trouver un environnement plus respirable que la moyenne. Il peut s’agir de lieux extérieurs ou intérieurs, aménagés ou non. Dans tous les cas, ce sont des refuges plus que nécessaires pour les enfants ou les personnes âgées et isolées, particulièrement touchées en période de fortes chaleurs.

Il est question de répondre aux impacts possibles des îlots de chaleur comme sur le bien-être de chacun, sur la biodiversité, sur la santé via la pollution de l’air ou encore sur les ressources en eau. Selon les aménagements choisis, il est possible d’améliorer le confort de chacun en valorisant la biodiversité pour le choix de la végétalisation ou un certain patrimoine comme certains lieux historiques ou musées qui sont plus frais en été.

Il est essentiel de répartir les îlots de fraîcheur pour garantir une accessibilité à tous. Mettre à disposition une carte des îlots de fraîcheur pour les habitants est une bonne option, en informant de l’accès et des aménagements proposés. Il est aussi possible de modifier les horaires d’ouverture des îlots de fraîcheur selon les températures.

Apporter l’eau nécessaire au rafraîchissement : cours d’eau, humidification et brumisation

Pour la création des îlots de fraîcheur, les moyens de rafraîchir les centres-villes sont nombreux comme les humidificateurs, les brumisateurs, les cours d’eau, ou encore la biodiversité et la végétalisation. Créer des points d’eau au sein des îlots de fraîcheur possède une double vertu. Ils permettent, logiquement, de garantir une présence d’eau pour tous afin de se rafraîchir. Les fontaines sont des exemples parfaits. En parallèle, les points d’eau permettent aussi de faire baisser la température en captant la chaleur pour l’évacuer dans sa circulation. Ils jouent aussi sur le taux d’humidité, un facteur important sur la chaleur ressentie.

Dans ce sens, l’ouverture de cours d’eau ou la valorisation d’humidificateurs et de brumisateurs sont des choix judicieux. Ces derniers permettent de rafraîchir directement les riverains, mais aussi de procéder à un refroidissement des sols.

Végétaliser en utilisant la capacité de refroidissement de la biodiversité

Baisser la température effective de l’air et ressentie par les parcs ou encore les jardins avec une présence de végétation conséquente est possible par le phénomène d’évapotranspiration. C’est pourquoi, pour garantir ce phénomène, cette végétation doit, bien évidemment, être entretenue pour ne pas subir, elle aussi, les foudres de la chaleur et ne pas jouer son rôle de refroidissement des villes.

Cette végétalisation doit aussi être pensée en termes de végétation choisie en optant pour des végétaux particulièrement adaptés au milieu urbain et pour refroidir ces villes. La diversité est à privilégier en mélangeant les essences et les végétaux. Elle doit aussi être réfléchie en termes de lieux où il est possible de végétaliser comme les écoles, les bâtiments publics ou encore les voiries et les trottoirs. Là encore, choisir le type de végétaux selon ces lieux est important.

Contrer les îlots de chaleur par un aménagement réfléchi

S’il est possible de lutter contre les îlots de chaleur par les îlots de fraîcheur et la brumisation ou encore la végétalisation, il est possible de répondre à ces zones de températures élevées en prenant le mal par la racine. Une réflexion sur le parc immobilier et sur l’aménagement de la ville est aussi une solution. Il s’agit de créer des lieux naturellement frais à l’image des parcs, des musées ou des bibliothèques, par exemple, et qui possèdent une forte inertie pour conserver la fraîcheur en journée.

Il est donc question de valoriser des matériaux qui jouent un rôle primordial dans le rafraîchissement des lieux entre isolation de qualité, albédo et inertie thermique. Dans les bâtiments ou en extérieur, privilégier des peintures claires est un bon choix, car elles réfléchissent mieux la lumière du soleil, contrairement au noir qui absorbe. Un équilibre est à trouver, car une ville trop claire est dangereuse en raison du phénomène d’aveuglement.


Plan du site