La corruption dans la médecine

Corruption : une accusation sévère qui peut rapidement être formulée Sans réseau, de nombreuses avancées médicales seraient impensables. Mais il existe des limites juridiques à la coopération souhaitée entre les médecins et les institutions médicales. Une session au 135e congrès de chirurgie à Berlin sous le titre : “Les réseaux de chirurgie traumatologique, que pouvons-nous faire, que ne pouvons-nous pas faire ?”

A quel point les réseaux frôlent-ils la corruption?

Les réseaux ont une bonne caisse de résonance en médecine. Le secrétaire général de la Société allemande de chirurgie traumatologique, le Prof. Dietmar Pennig, a parlé de ce sujet du point de vue de la DGU.

Au début, le Prof. Pennig a discuté des effets bénéfiques des réseaux établis. Il s’agit notamment du réseau de traumatologie de la DGU, du centre de traumatologie gériatrique de la DGU/DGG, et les réseaux de formation continue sont également des réseaux ; ils sont considérés comme absolument non critiques. Près de 700 cliniques participent au réseau de traumatologie.

Un modèle de réussite qui sera également mis en œuvre en Chine avec l’aide du ministère fédéral de la santé. Le centre de traumatologie suprarégional documente et assure la qualité des soins par le biais d’audits. Il en va de même pour les centres de traumatologie gériatrique de la DGU. Il est prouvé que la mise en réseau améliore la qualité des soins pour les patients âgés et très âgés.

La sécurité des données doit être garantie pour les registres!

Les registres sont aussi des réseaux. Cela va du registre des traumatismes de la main, de la base de données des sérums au registre des traumatismes craniocérébraux et à un module pour les blessures par balle et par explosion. La prudence est de mise ici : “Les registres génèrent des données. Et nous devons les manipuler avec beaucoup de précaution”, souligne le professeur Pennig. “Nous devons veiller à la sécurité du transfert des données, par exemple lorsque le registre des endoprothèses change de lieu, comme cela s’est produit récemment. Le transfert de données est un problème considérable. Le professeur Penning met expressément en garde contre l’utilisation de Facebook : “Le transfert de données est ici totalement dépourvu de sécurité juridique ou de base légale ! “Il s’agit de BIG Data, celui qui contrôle les données n’a pas les moindres avantages monétaires.”

Quel que soit le réseau dont il faut parler, l’orateur poursuit le sujet, ce sont les choses qui amènent le procureur général sur les lieux. “Ce sont les formations en réseau, où nous recevons des subventions, par exemple. Ce n’est pas nouveau, mais il se caractérise par un immense effort de poursuite et de surveillance”, déclare le professeur Pennig. “Contrairement à l’industrie de la construction, par exemple, nous avons notre propre paragraphe dans le code pénal, art. 299a, sur la corruption dans le système de soins de santé”.

Cela formulerait une sorte de soupçon initial. “Chaque fois que nous donnons quelque chose en retour ou que nous demandons un avantage, nous nous heurtons au problème du paragraphe sur la corruptibilité.” Ce n’est pas une infraction banale. Si un membre des professions de santé accepte, promet ou accorde des avantages dans le cadre de l’exercice de sa profession, il peut être poursuivi avec une peine de prison allant jusqu’à trois ans ou avec des amendes.

Des soupçons peuvent surgir rapidement 

Que sont désormais les infractions pénales en vertu de l’article 299a ? Toute demande et promesse entraîne une responsabilité pénale, même si aucune somme d’argent n’est versée. L’orateur donne un exemple : “Vous avez un bon référent et à un moment donné, il vient vous demander une palette de bon vin pour Noël, cette seule exigence est punissable. Un accord déloyal signifie que l’avantage respectif est une considération pour un avantage déloyal futur. Cela concerne des choses telles que les médicaments et les aides médicales. Le classique est le suivant : allocation contre argent.

Une plainte anonyme sous forme orale est suffisante. Et le ministère public enquête également de sa propre initiative. Les obstacles d’un premier soupçon sont sans doute peu importants. Cependant, plus de 90 % des procédures préliminaires sont abandonnées. “Mais la perte d’image et les conséquences sont considérables, préjudiciables à la réputation et incriminantes”, se plaint le professeur Pennig.

Quelles sont les conséquences dans la pratique ? Il existe un certain nombre de formes de coopération entre les patients ambulatoires et les patients hospitalisés. Par exemple, l’utilisation conjointe des chambres à l’hôpital et dans l’hôpital. Ou l’activité du médecin contractuel en tant que consultant, médecin généraliste, médecin rémunéré. Ou l’activité des médecins hospitaliers en tant que médecins contractuels jusqu’à une certaine heure cible dans un cabinet, ou l’autorisation ou la licence des médecins hospitaliers. “Nous devons être très prudents dans ce domaine”, prévient le professeur Pennig.

En principe, il est permis de rémunérer les services réguliers fournis par les médecins rémunérés à l’acte dans les hôpitaux. Toutefois, elle doit être raisonnablement proportionnelle au service fourni. Toutefois, le caractère approprié n’est pas défini.

Un exemple de 2016/17 : Une clinique gère un projet commun à grande échelle avec un cabinet. Les patients du cabinet sont traités par les médecins résidents, l’hôpital travaille également avec ces médecins. En retour, ils veulent quelque chose en retour. C’est inadmissible, car la possibilité d’attribuer des patients de pratique entraîne une rémunération basée sur les performances, ce qui n’est pas correct pour l’association médicale, l’autorité de contrôle le dit aussi.

Exemple 2 : Les bénéfices des soins aux patients résultant de la coopération doivent être prouvés. Si ces avantages ne peuvent pas être mis de côté, ce sera difficile.

Que faut-il faire ? Il y a un contrôle de plausibilité basé sur les principes de conformité, les flux financiers doivent être transparents et équivalents, il doit y avoir une compensation financière compréhensible pour un service, la coopération doit être connue de l’association médicale, une distinction doit être faite entre les décisions médicales et les prestations, et la coopération doit être documentée.

Le professeur Pennig explique que toutes les coopérations ne doivent pas être placées sous la suspicion générale, mais qu’il existe un certain nombre de cas critiques. La coopération souhaitée par la politique de santé, par exemple la coopération intersectorielle, est exclue tant que des redevances appropriées sont payées. La question qui se pose ici est également : qu’est-ce qui est approprié ? La prudence est de mise.