La pilule du lendemain, disponible sans ordonnance mais quelles sont ses répercussions sur notre santé ?

La pilule du lendemain est disponible sans ordonnance, mais elle n’est pas sans danger. Depuis mars 2015, la pilule du lendemain peut être achetée en vente libre dans les pharmacies. Cependant, une enquête non représentative menée par l’association fédérale pro familia la même année a montré que les femmes rencontrent souvent des obstacles lorsqu’elles demandent des contraceptifs d’urgence.

Tentatives de discipliner les femmes et refus de leur donner accès aux contraceptifs d’urgence

Depuis mars 2015, la pilule du lendemain peut être achetée en vente libre dans les pharmacies. Cependant, une enquête non représentative menée par l’association fédérale pro familia la même année a montré que les femmes rencontrent souvent des obstacles lorsqu’elles demandent des contraceptifs d’urgence. Pour la première fois en Allemagne, un projet de recherche de deux semestres du master en santé publique de l’université des sciences appliquées de Fulda a permis de recueillir des données quantitatives fiables. Dans l’ensemble de la Hesse, elle a mené une enquête auprès de 143 pharmacies sur l’utilisation de la pilule contraceptive d’urgence et a également enregistré les expériences subjectives des femmes et des hommes qui s’étaient rendus dans une pharmacie pour acheter la pilule.

Le résultat a confirmé les conclusions de l’enquête pro familia : bien que la préparation soit disponible sans ordonnance comme un analgésique, l’accès rapide aux conseils et à l’application n’est pas toujours garanti. L’enquête montre également que les pratiques de délivrance et les conseils dans les pharmacies sont très différents. Bien que la Chambre fédérale des pharmaciens (BAK) ait formulé des recommandations d’action pour les pharmacies, la situation juridique est encore floue sur de nombreux points – par exemple, en ce qui concerne la délivrance du médicament aux moins de 14 ans. La délivrance du médicament dépend donc également de l’attitude du personnel pharmaceutique à l’égard des contraceptifs d’urgence. Pour savoir quels facteurs déterminent exactement si une femme reçoit ou non la pilule du lendemain, les deux diplômés du master ont mené une enquête qualitative complémentaire auprès des pharmaciens de Hesse.

Plus de 70 % des personnes interrogées considèrent la pilule du lendemain comme un médicament spécial

Deux diplômés de l’université des sciences appliquées de Fulda, ont pu montrer que 70,3 % des pharmaciens interrogés considèrent la pilule du lendemain comme un médicament spécial, dont l’administration n’est pas comparable aux médicaments classiques en vente libre. 70,4 % étaient même convaincus que la pilule contraceptive d’urgence était un médicament médicalement douteux. Une majorité des personnes interrogées a également considéré qu’il était assez probable que les femmes utilisent la contraception de manière irresponsable en achetant la pilule contraceptive d’urgence.

Bien que la pilule du lendemain contienne une forte dose d’hormones et ne doive pas être prise dans des cas exceptionnels, il a été prouvé que les effets secondaires et les interactions sont mineurs et qu’aucun effet abortif ne peut être prouvé. “D’autres médicaments ont un potentiel d’abus et de danger plus élevé que la pilule du lendemain. On peut supposer que, premièrement, les préoccupations morales, deuxièmement la recommandation de l’Office fédéral de la santé publique et troisièmement le discours de longue date sur l’approbation des prescriptions conduisent à cette supposition parmi le personnel pharmaceutique”, déclarent les diplômés de la maîtrise.

Ces derniers ont établi que l’argument selon lequel il s’agit d’une drogue spéciale justifie apparemment des mesures disciplinaires et le refus de la dispenser. Nous avons, par exemple, enregistré des “tentatives d’éducation” discriminatoires qui non seulement mettent en danger l’accès à l’éducation, mais sont également incompatibles avec les droits sexuels et reproductifs”, expliquent-ils.

Les préoccupations d’ordre moral mettent en danger les meilleurs soins de santé possibles

En raison de préoccupations morales et de la pratique d’attribution qui en résulte, les meilleurs soins de santé possibles ne sont pratiquement plus garantis, écrivent-ils dans leur mémoire de maîtrise. Par exemple, une personne interrogée a décrit une cliente comme une “récidiviste” parce qu’elle avait eu besoin de la drogue à plusieurs reprises. La prise de la pilule du lendemain ne semble se justifier que s’il y a une véritable “urgence” ponctuelle”, concluent les deux diplômés.

Cette constatation les a d’autant plus surpris : si l’on soupçonnait que la cliente avait besoin de la pilule à cause d’un viol, les pharmacies ne distribuaient la pilule du lendemain que dans un peu plus de la moitié des cas. “Le personnel des pharmacies semble être très peu sûr de lui lorsqu’il s’agit de traiter des victimes de violence”, concluent les deux diplômés du master. “Ils ne savent évidemment pas comment apporter une aide adéquate, bien que même la distribution de la pilule du lendemain soit un grand soulagement pour les femmes”.

D’après les résultats de l’étude, les deux diplômés de la maîtrise concluent que les recommandations de l’Office fédéral de la santé publique doivent être révisées “pour protéger les femmes contre les déclarations discriminatoires et les dangers médicaux exagérés de la pilule du lendemain”. Une réglementation juridique claire pourrait réduire les divergences dans les pratiques d’attribution et favoriser un accès sans entraves, soulignent-ils.