L’histoire de la Maserati : de sa création à aujourd’hui

La glorieuse tradition italienne (et, en particulier, émilienne) dans le secteur des voitures de luxe et de compétition est maintenant vieille d’un siècle. Ses racines remontent à 1914 : alors qu’Enzo Ferrari n’avait que 16 ans et que Ferruccio Lamborghini n’était pas encore né, Alfieri Maserati, déjà pilote d’essai pour Isotta Fraschini. Un autre prestigieux constructeur automobile italien est cependant représentatif d’une phase plus archaïque. Il a fondé la “Società Anonima Officine Alfieri Maserati” à Bologne.

Carlo Maserati

L’initiateur de la tradition familiale dans le monde des moteurs est Carlo Maserati. Il est né en 1887, quatrième des sept fils de Rodolfo Maserati, chauffeur dans les Ferrovie, et de Carolina Losi, tous deux de Voghera.

Créateur d’un moteur pour vélos, il fait lui-même des courses sur les vélocipèdes de l’usine Carcano, où il travaille comme technicien, enregistrant d’importants succès. Il est ensuite passé chez Fiat et, en 1903, chez Isotta Fraschini – comme pilote d’essai et expert en mécanique. Peu de temps après, il appelle son frère Alfieri avec lui. Sa carrière de coureur se poursuit avec Bianchi, puis il prend la direction générale du Turin Junior. Il a lancé sa propre production de pièces électriques pour les voitures. Sa vie, cependant, a été interrompue prématurément en 1916, à l’âge de 29 ans seulement.

Alfieri Maserati

Alfieri, quant à lui, qui dans l’Isotta Fraschini a suivi les traces de Carlo, en tant que technicien et coureur. Il est apprécié pour ses compétences jusqu’à ce qu’il assume des fonctions de direction. En 1914, tout comme son frère, il a donné vie, dans la capitale de l’Emilie, à son entreprise, à laquelle participent également certains de ses autres frères. Les “Officine Maserati” ont d’abord travaillé pour les voitures d’Isotta Fraschini, à bord desquelles Alfieri a remporté plusieurs courses.

Le prestige et la notoriété acquis ont suscité l’intérêt des frères Diatto, également fabricants turinois de voitures de sport de haut de gamme. Ils l’ont appelé pour concevoir et conduire leurs voitures. Ici aussi, Alfieri se distingue par son habileté et sa compétence. Un accident sur la piste (il participe à une course avec un moteur non réglementaire) lui coûte cependant cinq ans de disqualification.

La pénalisation, qui porte en elle un lourd fardeau de mortification et de frustration, s’avère providentielle. Elle lui offre une longue période de réflexion au terme de laquelle Alfieri se retrouve avec des idées très claires pour son avenir. Les “Officine Maserati” produiront leurs propres voitures sous le symbole du Trident. La marque a été choisie avec la fontaine de Piazza Nettuno, à Bologne, qui représente le dieu homonyme de l’eau.

Le mythe de la “Maserati” est né

La première voiture est née en 1925, et ce fut immédiatement un triomphe. Conduite par Alfieri lui-même, la “Tipo 26” a remporté l’imprudente “Targa Florio”. Deux ans plus tard, le “Tipo 26B” a remporté le championnat international des marches. En 1929, le record du monde de vitesse a été établi avec le “V4”. Le Trident de Maserati a désormais conquis le cœur des sportifs et des passionnés de voitures du monde entier. Le “V4” a également remporté le GP de Tripoli en 1930.

Aujourd’hui lancé dans le noble et luxueux firmament de la course automobile, Alfieri a conçu et construit deux autres voitures de course, la “4CTR” et la “8C 2500”, avant 1932. L’année où, à la suite d’un tragique accident de la route, il est également décédé le 3 mars, à l’âge de 47 ans.

Mais les frères Ernesto, Ettore et Bindo, animés par la même charge de détermination et d’enthousiasme, caractéristiques de la famille, ne se laissent pas décourager. Après un premier moment de douleur et de désorientation évidentes, ils ont pris les rênes du constructeur automobile, déterminés à perpétuer son style, sa technologie et son succès.

En 1933, ils ont engagé le pilote Tazio Nuvolari, qui a remporté trois GP en Belgique, à Montenero et à Nice. Deux autres victoires suivent, en 1939 et 1940, à Indianapolis, avant la pause forcée due au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale.

L’Italie des moteurs

Les années qui suivent la guerre voient l’Italie exceller, au niveau mondial, dans le domaine de l’automobile : sur route ou sur piste. L’industrie italienne offre de véritables perles d’élégance, d’efficacité, de puissance. De la “Lancia” à l'”Alfa Romeo”, qui remporte le premier GP de Formule 1, de la “Ferrari”, qui remporte le deuxième GP puis une série innombrable de victoires en F1 et dans d’autres compétitions, à la “Lamborghini”, et avec des noms retentissants dans le secteur du design. L’Argentin De Tomaso, qui a commencé et développé sa brillante carrière en Italie ; les carrosseries Pinin Farina et Bertone, l’Italdesign de Giorgetto Giugiaro.

Dans tout cela, la Maserati, qui a été vendue à Adolfo Orsi en 1937 – l’entrepreneur bolognais qui allait jouer un rôle décisif dans la décision d’Enzo Ferrari de se consacrer à la production automobile – occupe toujours une position de premier plan. Les anciens propriétaires, qui sont restés dans l’entreprise en tant que conservateurs du secteur technique, continuent à apporter leur précieuse contribution.

Grâce à des pilotes formidables tels que Fangio, Gonzalez, Marimon, Bonetto, de Graffenried, l’équipe Maserati Racing a remporté une longue série de succès. Ils ont emportés le Grand Prix de Modène en 1951, le GP d’Italie en 1953, le GP d’Argentine en 1954, jusqu’au titre de champion de F1 en 1957.

L’adieu aux concours

La direction de la société bolognaise (qui s’est installée à Modène il y a quelques années) a dû éprouver une grande frustration. Immédiatement après avoir obtenu le titre le plus convoité, elle a été contrainte d’annoncer son retrait des compétitions en raison des coûts devenus insoutenables. Tout en continuant à concevoir et à construire d’excellents moteurs pour d’autres marques – en particulier pour Cooper – Maserati vise maintenant la production de voitures de sport de luxe et à grand succès.

Les années de trépidation

Avec les modèles “3500 GT”, “Sebring”, “Mistral” et “Quattroporte”, la première berline haut de gamme, suivie du légendaire “Ghibli”, et grâce à son style unique, son efficacité et sa puissance, Maserati s’est imposée sur le marché international, ce qui en fait l’un des constructeurs les plus prestigieux.

Malgré cela, à la fin des années 1960, une période de turbulences s’est ouverte, qui l’a vu passer de main en main. En 1968, la famille Orsi a vendu l’industrie à Citroën. En 1975, la propriété est passée à Benelli jusqu’en 1993, date à laquelle elle a été acquise par FIAT Auto. Entre 1997 et 1999, elle est passée à Ferrari pour revenir à FIAT en 2005.

Tant de bouleversements, qui laisseraient présager une crise continue et irréversible. Ils n’affectent pas la capacité du Trident à continuer à donner le meilleur de lui-même : avec Citroën sortent la “Merak”, la “Khamsin”, les prototypes de la “Quattroporte II”, carrossée par Bertone, et la “Merak SS”. Toutes des voitures d’un niveau exceptionnel dont les ventes ne sont frustrées que par la crise pétrolière des années 70. Benelli, qui en confie la gestion à De Tomaso, produit le “Kyalami” et la “Quattroporte III”, dessinés par Giugiaro, grâce auxquels les ventes recommencent à augmenter malgré la crise. Il a été suivi par le Biturbo, qui a connu un tel succès que la société en a produit quelques dizaines de versions. La “Quattroporte” mise en chantier par FIAT Auto et conçue par Marcello Gandini a également été très bien accueillie sur le marché.

La Maserati aujourd’hui

Les années 2000 s’ouvrent avec optimisme, dans un crescendo continu dont les étapes sont marquées par le “3200GT”, signé par Giugiaro, et la “Quattroporte Evoluzione”, en production depuis 1998. Suivent le “Spyder” et le “Coupé”, véritables bijoux de raffinement et de technologie. Mais le véritable coup de pouce à la relance vient de la nouvelle version de la “Quattroporte”. Il s’est imposé sur les marchés internationaux, ce qui en fait l’un des salons les plus primés et les plus appréciés.

Avec son retour à la FIAT en 2005, la Maserati a atteint le sommet de son succès. Après les bonnes performances de plusieurs nouveaux modèles, le lancement de la “GT” en 2007 représente une véritable explosion de consensus et d’enthousiasme autour du symbole du Trident. Il est désormais rejoint par les marques automobiles internationales les plus prestigieuses et les plus exclusives.

Avec le lancement du “Gran Cabrio”, en 2007, l’entreprise de Modène écrit une autre page mémorable de l’histoire du sport et de la course automobile de luxe. Elle confirme et renforce encore sa réputation. Mais ce sont aussi les années de son retour à la compétition – même si ce n’est pas dans les courses de haut niveau. De nouveaux trophées sont remportés, dont 12 dans le championnat du monde FIA GT.

Le musée Maserati

Sur les 40 voitures de la collection de voitures historiques de la famille Panini à Modène, 23 portent la marque Maserati. Dans un excursus historique vraiment passionnant qui, à partir de 1936, avec la “Tipo 6 CM”, traverse les décennies avec les modèles les plus prestigieux. Comme le “Tipo A6GCS Berlinetta Pinin Farina”, de 1953. Le “A6G/54”, construit en 1954 et carrossé par Alemanno. La “3500 GT Carrozzeria Touring”, de 1957. Le “420M/58 Eldorado”, construit en un seul modèle pour les 500 Miglia di Monza de 1958. Le “Khamsin”, de Bertone, 1972. En plus de certains prototypes qui sont restés tels car la production n’a jamais démarré.